La Fille du Faiseur de Rois – Philippa Gregory

couv17601897

Angleterre, 1465, les grandes familles de Lancastre et York se disputent depuis plus de 10 ans le trône. À cette époque un homme œuvre dans l’ombre pour faire et défaire les dynasties, au gré de ses intérêts personnels : Richard Neville, comte de Warwick, surnommé le  » faiseur de rois ». Celui- ci, sans héritier homme, s’est servi de ses deux filles, Isabelle et Anne, comme des pions sur l’échiquier politique. L’histoire est racontée ici par Anne Neville. Mariée très jeune, Anne perd très vite son époux, ainsi que son père en 1471. Sa mère est enfermée au sanctuaire et sa sœur mariée à l’ennemi. Elle s’en sort en épousant Richard, le frère du roi, mais doit affronter la puissante famille royale, notamment la reine. … La Guerre des Deux-Roses, souvent considérée en Angleterre comme le passage entre le Moyen Âge et l’époque moderne, est ici racontée avec brio par l’une des plus talentueuse romancière du genre, qui choisit de faire parler les femmes que l’Histoire a trop souvent tendance à oublier.

471 Pages – Editions Hugo Romansans-titre-8

Ce livre fait parti de la saga « Cousins’ War », dont chaque tome peut faire l’objet d’une lecture indépendante. Même si je pense qu’il est quand même préférable de commencer par « La Reine Clandestine » pour bien comprendre l’histoire.

Dans l’ordre chronologique, bien que plusieurs ouvrages se déroulent sur une même période mais d’un point de vue différent. (Voir lien Wiki)

  • The Lady of the Rivers (Non traduit)
  • The White Queen => La Reine Clandestine, Editions Archipel
  • The Red Queen (Non traduit)
  • The Kingmaker’s Daughter => La Fille du Faiseur de Rois, Editions Hugo Roman
  • The White Princess => La Princesse Blanche, Editions Hugo Roman
  • The King’s Curse (A paraître en Octobre 2015 aux Editions Hugo Roman)

Je remercie d’ailleurs les Editions Hugo Roman d’avoir repris la traduction des livres de Philippa Gregory, à la suite des Editions Archipel qui mis à part « Deux Soeurs pour un Roi », « L’Héritage Boleyn » (Saga « The Tudor ») et « La Reine Clandestine » n’avait pas l’intention de traduire les autres oeuvres.

J’ai lu tous les livres traduits faisant partie de ces deux sagas, et c’est donc avec grand plaisir que je me suis plongé dans la lecture de « La Fille du Faiseur de Rois », retrouvant ainsi des personnages déjà connu.
sans-titre-8

ET CE LIVRE ALORS :

On peut diviser ce livre en quatre parties, de longueur totalement inégale :

  1. L’enfance d’Anne Neville, qui prend fin lors des fiançailles au Prince Edouard de Lancaster (environ 120 pages)
  2. Sa bref vie maritale, où elle passe son temps en compagne de guerre avec sa belle-mère Marguerite d’Anjou. Période qui prend fin lors de la mort de son époux. Anne se retrouve alors à la charge de sa soeur Isabelle Neville, jusqu’à l’arrivé de son Prince Charmant (environ 74 pages)
  3. Sa vie avec son nouvel époux, Richard III, Duc de Gloucester, frère du Roi Edouard, et frère de son beau-frère George marié à Isabelle. (environ 200 pages)
  4. Sa vie de Reine d’Angleterre. (environ 74 pages)

Ce sont l’enfance d’Anne Neville et sa vie en tant qu’épouse de Richard III qui m’auront le plus intéressé.

Ce livre m’aura fait voir la petite Anne d’un oeil totalement différent. Si je l’avais détesté en lisant La Reine Clandestine, et en regardant la série The White Queen (voir plus bas), ici j’ai été mis face à une Anne qui cherche juste à faire plaisir à son père, et qui est prête à tout pour cela. Pour elle son père est un héros qui mérite le respect et qui mérite d’être suivi. Anne est juste une innocente petite fille, qui cherche l’approbation et l’amour des siens.
Elle a grandi en ayant peur de la Reine Marguerite d’Anjou et du Roi Henri (qu’elle appelle La Méchante Reine et le Roi Endormis), tout deux détrônés par son père qui à ensuite mis Edouard d’York sur le trône. Mais rêve de suivre la volonté de son père, en accédant elle même au trône d’Angleterre.

Suite à son mariage au Prince Edouard de Lancaster, elle se rend finalement compte qu’elle n’est qu’un pion sur l’échiquier géant de son père « le faiseur de rois », tout comme sa soeur Isabelle. Que ni sa voix, ni ses souhaits ne signifient rien pour personne, elle décide donc de prendre son destin en main, et accepte l’épouser Richard d’York.
Certes, une fois de plus elle se retrouve sous le joug d’un homme, mais cette fois ci d’un homme qui l’aime réellement, et qui prend vraiment ses intérêts à coeur, et grâce à qui elle accédera enfin au trône d’Angleterre.

Anne devient plus forte, plus indépendante et sûre d’elle, mais elle passera cependant  sa vie à avoir une peur bleu de la Reine Elizabeth. 

Mon seul regret concerne la dernière partie du livre. Je regrette en effet que son couronnement, et sa vie de Reine soient si vite expédiés, comme si l’auteure était pressée de finir le livre, et prenait ainsi pas mal de raccourcie. La relation entre son mari et la Princesse Elizabeth d’York et elle aussi très vite mis à la trappe. C’est vraiment dommage, d’autant plus que l’on en apprend pas plus sur ce point dans le livre « La Princesse Blanche » qui raconte la vie de la d’Elizabeth, fille du Roi Edouard et de la Reine Elizabeth Woodville, à la suite du décès d’Anne Neville et de Richard d’York.

Autre personnage dont on entend justement parler tout au long de ce livre, et qui se trouve être l’ennemi mortel de la famille Neville : La Reine Elizabeth Woodville.

Cette fameuse Elizabeth est le personnage qui m’aura sans doute le plus marqué, et étonné.

Si dans « La Reine Clandestine », elle apparaît comme étant une femme d’une beauté exceptionnelle, généreuse, chaleureuse, aimante, et qui surtout ferait tous pour protéger sa famille. Dans « La Princesse Blanche » elle apparaît plus détaché, plus distante, froide et intriguant. Ici, dans « La Fille du Faiseur de Rois » donc, elle vire davantage du côté obscure de la force. Elle apparaît totalement manipulatrice. Toujours aussi belle, mais qu’une beauté froide. Toujours comploter avec les siens, afin d’assouvir ses envies de grandeur.

Bref j’ai été étonné du génie par lequel l’auteure parvient à nous faire haïr un personnage que l’ont a d’abord suivit avec admiration.

VERDICT

« La Fille du Faiseur de Rois » est un livre qui se lit très vite. Le côté historique peut en rebuter certain, mais une fois la généalogie en tête, tout le reste défile très vite. La plume de l’auteur est en effet très fluide, les pages défilent donc d’elles même. Le fait d’entendre Anne raconter sa propre histoire renforce cette impression de fluidité.
Philippa Gregory arrive merveilleusement, une fois de plus, à donner une âme à chacun de ses personnages, certains haïssables certes, mais aucun ne paraît fade et sans personnalités.

Il y a cependant certaines longueurs, et des moments où au contraire j’aurais aimé approfondir certaines scènes (notamment sur la dernière partie). Et des points qui resterons en suspens, mais qui je pense ont fait l’objet d’un autre livre encore non traduit, ou non encore écrit.

Ce fut, comme d’habitude, un plaisir de me plonger dans un livre de cette auteure, et n’hésiterais pas à me précipiter sur le prochain livre à paraître en octobre 2015 « La Malédiction du Roi ».

« D’après les serviteurs qui arrivent à Calais, les Français appellent mon père « le faiseur de rois » et racontent que personne ne peut garder le trône d’Angleterre sans sa permission. » p58

« Elle m’apprend qu’une reine doit considérer tout obstacle comme sa victime. Parfois, le destin voudra qu’un seul survive, notre ennemi ou nous, peut-être son enfant ou le nôtre, et le choix est évident : notre vie, notre avenir, notre enfant – quel qu’en soit le prix» p128
« Si l’ont devait choisir l’un des garçons d’York, ce serait Georges pour la beauté, Edouard pour le charme, mais Richard pour la loyauté. » p188

4Etoiles400

 

A SAVOIR:

Les livres suivant ont fait l’objet d’une adaptation TV de 10 épisodes intitulé « The White Queen ».

  • The White Queen => La Reine Clandestine, Editions Archipel
  • The Red Queen (Non traduit)
  • The Kingmaker’s Daughter => La Fille du Faiseur de Roi,

Série que j’ai beaucoup aimé, et que je ne peux que conseiller. L’histoire est totalement fidèle à celle des livres  , et les acteurs sont tous très convainquant dans leurs rôles respectifs (Max Irons, Rebecca Ferguson, Eleanor Tomlison, etc …)

qnd93MMoIiA_tJ8UegnC5vnrHeQ

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s