La Rose et la Tour – Fiona McIntosh … et le Flop …

couv70099937

La clé de son avenir se trouve dans le passé…

En 1715, le comte de Nithsdale rejoint la rébellion jacobite écossaise. Accusé de trahison, il est emprisonné à la Tour de Londres où il attend son exécution.
Deux siècles plus tard, Jane Granger se fiance avec Will, un descendant des Nithsdale. Lorsque Will tombe dans le coma, Jane fait le serment de le sauver. Par un caprice du destin, elle se retrouve plongée au cœur du XVIIIe siècle et est convaincue que Will se réveillera si elle parvient à libérer le comte de Nithsdale. Mais elle rencontre alors un séduisant lord qui pourrait bouleverser sa vie dans le passé comme dans le futur…

640 Pages – Editions Milady (Jade)

sans-titre-8

Voici un livre que j’ai longuement attendu, et que je me suis empressée d’acheter dès la semaine de sortie … mais qui a pourtant fini dans ma PAL faute d’envie.

Pour commencer il faut savoir que je suis une grande fan de Fiona McIntosh ! J’ai déjà lu tous ses livres en VF (excepté Bye Bye Baby, mais je n’aime pas les romans policiers).

La trilogie du Dernier Souffle et celle de Valisar font partie de mes bouquins préférés toutes sections confondues (que j’ai d’ailleurs relu avec autant de plaisir la seconde fois que la première). Aussi je les recommande dès que je peux à tout adeptes de Fantasy en manque de lecture. Au contraire de la trilogie Percheron et de l’unique tome L’Appel du Destin qui eux ne m’ont pas convaincu.

Bref savoir qu’un nouveau roman de l’auteur était à paraître m’a mis dans une joie folle. Et sait-on jamais, s’il-vous-plait les Editions Bragelonne/Milady, Fiona McIntosh a pas mal de livres en attente de traduction, please please une sortie VF !!!!!

Au final je me retrouve donc avec un livre en plus dans ma PAL. Pas du tout du style dont j’ai l’habitude avec cette auteure, mais c’est encore mieux étant aussi fan de romance historique (et depuis la série des Highlanders de Miss Moning).

4603869382_1008x18

Retour au roman :

Le vrai résumé selon moi, tout plein de spoilers : 

Salut je m’appelle Jane, et nous somme en 1978. Je suis fiancé au beau Will, qui m’aime vraiment comme un fou. Mais le problème c’est que moi je ne suis pas trop sur de l’aimer. J’ai dit oui à sa proposition de mariage juste pour le pas le décevoir au final. Pourtant Will est vraiment parfait. L’archétype du beau surfeur américain avec un QI hyper-developpé en bonus. Moi aussi je suis plutôt pas mal. D’ailleurs Will m’honore tous les soirs sans fautes tellement je l’attire.
Nous venant tout deux de famille super riche (c’est super important l’argent). Au coup je peux me permettre de jeter mon nouveau sac Chanel, mon manteau Chanel  et mon carré Hermès n’importe où, je m’en fou.

A propos de mon beau Will, si j’ai des doutes sur notre mariage c’est parce que Monsieur me connaît tellement bien qu’il se permet de commander mon menu à ma place. Le malotru il est hors de question que je laisse quelqu’un me marcher sur les pieds !

Pourtant lorsqu’il est tombé dans le coma j’ai décidé d’aller en Australie retrouver son âme égaré. Bien qu’il l’ai perdu à Londres. Une grande aventure en première classe s’annonce en somme.

Je dois donc maintenant faire un avec la nature au sommet de Ayers Rock, puis je parlerais à l’âme de mon fiancé pour lui demander de revenir. Je ne suis pas folle, vous comprenez je l’aime peut-être bien finalement, même si j’hésite pas mal.

Mais voilà que l’impensable se produit ! Je me retrouve propulsé en 1715 dans le corps de la Comtesse Winifred, qui n’est autre que la femme de l’arrière-arrière-arrière (beaucoup d’arrière bref) grand-père de mon Will, et qui s’appel aussi William. Celui ci est enfermé dans la tour de Londres en attende de son exécution.

Si je veux sauver Will, il faut que je le sauve lui ! j’entreprends alors une traverser du pays en plein hiver depuis l’Ecosse, avec pour seule compagnie ma dame de compagnie … naturellement nous nous faisons attaquer. étonnamment nous furent sauver de la disgrâce par un très beau Lord dont je tombe éperdument amoureuse. Oubliant totalement mon Will, et cette chère Winifred dont j’occupe le corps, je m’offre aussitôt à ce bel inconnu.

Mince alors, il semblerait que j’ai trompé mon Will, pourtant je suis finalement prête à me marier avec lui puisque que je vais bien finir par réintégré mon corps à la fin de ma mission.

Fin du vrai résumé selon moi, tout plein de spoilers.

sans-titre-8

Verdict :

J’ai eu énormément de mal à finir ce livre.  Il ne se passe pratiquement rien, et le peu qu’il y a est beaucoup trop « facile ». Jane est très agaçante, hésitante et énervante.

sans-titre-8

Citations dans la catégorie « Je vomi un arc-en-ciel » :

« J’en mettrai quelques gouttes chaque soir sur mon oreiller, et ainsi vous serez tout près de moi, promit-il d’une voix éraillée à cause des innombrables émotions contenues. » p.360

« Cette carte avait reçu l’empreinte de sa chaleur lorsqu’il l’avait tirée de sa propre poche pour la lui donner. Puis leurs doigts s’étaient effleurés tandis qu’ils en tenaient chacun un bout. » p364

Citations dans la catégorie « Là j’ai pas compris » :

 » William balaya la salle du regard et s’arrêta sur Winifred qui, avec Julius à sa droite, formait la base d’un triangle équilatéral. » p. 419

« A l’ancienne résolution succéda une flamme nouvelle. Quel que soit le verdict, Winifred, qui n’avait pas la vocation de veuve éplorée, n’entendait pas baisser les bras et laisser la populace conspuer la tête de son mari fichée au bout d’une pique. » p. 423 … parce que c’est une vocation que d’être veuve ?

« Selon les policiers qui étaient assis dans le salon de Catelyn Granger – elle tenait expressément à ce terme – une battue avait été organisée sur l’ensemble du parc national entourant Ayers Rock. » p.427 … quel terme ?

Citations dans la catégorie « Chacun sa logique » :

«  En résumé, commença Cécilia, nous misons sur la liesse des gardes qui sont censés ne pas s’apercevoir que deux femmes entrent dans la cellule et que trois en ressortent ? » p.473 … super les gardes quand même.

« Il y a deux étages à gravir, prévient Jane, soucieuse de l’enfant que portait son amie. » p.478 … sauf qu’elle aurait pu s’en soucier avant de lui demander de les gravir ces deux étages.

« Vous devriez aller vous reposer, tous les deux. Je suis de service ce soir. Comme vous le savez, votre fils est mon patient préféré, C’est pourquoi je m’éloigne rarement de sa chambre, rappela-t-elle en s’adressant, tout sourires, à la mère de Will. » p.501 … Donc Ellen, infirmière, avoue elle même privilégier un patient au détriment des autres …

« _A demain … reposez-vous ! conseilla Cecilia en ébauchant un petit sourire entendu, car elle se doutait que c’était sûrement la dernière chose à laquelle songeait son amie.
Jane ressentit soudain une vague appréhension. Non, non … pensa-t-elle. C’est hors de question ! Elle n’avait pas l’intention de s’allonger et de penser aux gloires de l’Angleterre, ou plutôt de l’Ecosse, pendant que … » p. 507 … Ici Winifred retrouve son mari, qui lui veut retrouver « plus de contact » avec sa femme. Jane, qui partage le corps de Winifred avec cette dernière refuse. Pourtant elle n’avait aucunement tenu compte des protestations de la Comtesse lorsqu’elle s’est elle même donnée à Lord Sackville, sachant que ce n’était pas son corps, et qu’en plus c’était le corps d’une femme marier !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s